Non-mot de l’année 2017

Apostroph – surtout pas de fausses affirmations

Peu de gens peuvent se targuer d’avoir tant tenu les médias en haleine comme Donald Trump l’a fait en 2017: le président américain aura mis abondamment les pieds dans le plat, le contenu et la stratégie de chacun de ses tweets, même les plus insignifiants, étant passés publiquement à la loupe, même si, au final, ces messages ne se sont souvent révélés n’être que du vent. Mais minute: n’y avait-il pas aussi quantité de faits apparemment incontestables? Comme cette allégation que la cérémonie d’investiture de Trump aurait attiré plus de monde que les 44 précédentes? Des photos de l’événement ont cependant révélé une toute autre réalité, que l’une des proches conseillères de Trump, Kellyanne Conway, a très vite qualifiée de «faits alternatifs».

Le concept a rapidement fait le tour du monde et s’est installé en tête des non-mots de l’année. «Cette expression trompeuse et dissimulatrice désigne toute tentative d’utiliser de fausses affirmations comme moyen d’expression public légitime», a écrit le jury, qui ajoute: «Elle symbolise cette tendance croissante à remplacer les arguments factuels par des allégations non vérifiables.»

Chez Apostroph, nous ne pouvons bien sûr vérifier si tous les faits exposés sont rigoureusement vrais et exacts. Nos linguistes professionnels n’en passent pas moins chaque texte à la loupe selon toutes les règles de l’art. Et s’ils comportent des failles dans leur argumentation, des phrases creuses ou des inconsistances, soyez sûr(e) d’une chose: nous ne vous laisserons pas mettre les pieds dans le plat.