Portrait Apostroph: Mariana Lopes

Mariana Lopes a rejoint l’équipe d’Apostroph Zürich il y a tout juste un an. Au préalable, elle a étudié la traduction, orientation communication multilingue, avant de travailler pendant plusieurs années dans différentes branches. Elle a aussi énormément voyagé: des séjours linguistiques et des cycles de formation de longue durée l’ont conduite en Nouvelle-Zélande et au Mexique ainsi qu’au Vietnam, au Cambodge et au Laos.

Chez Apostroph, elle continue à être animée de ce sens du contact et de cet esprit ouvert aux cultures et aux gens qui la caractérisent: ses tâches principales – la gestion des projets, la facturation, la préparation technique des mandats et l’assistance Trados – ainsi que les contacts avec des gens de tous bords, clients ou freelances, lui procurent énormément de satisfactions mais elle aime aussi s’occuper de choses qui requièrent davantage de calme et de concentration.

L’été? C’est la saison favorite de Mariana Lopes, adepte de randonnée et de baignade à l’air libre. Et puis, il y a les dimanches en famille: ils lui sont tout aussi indispensables que sa liseuse de livres électroniques. Mordue de lecture, elle ne va jamais nulle part sans sa Tolino; elle s’installera volontiers dans un hamac pour s’adonner à sa passion et trouvera toujours quelques minutes pour lire un paragraphe ou deux dans le tram. Sa maxime favorite est tirée d’un de ses livres fétiches, «Shantaram» de Gregory David Roberts: «If fate doesn’t make you laugh, you just don’t get the joke.» Mariana Lopes rit énormément, y compris d’elle-même, ce qui tendrait à prouver que, pour le coup, elle a compris la plaisanterie.

Mariana Lopes
Portrait Apostroph: Mariana Lopes