Travailler en Suisse

5 conseils pour bien passer la barrière de rösti

Gagner une dimension nationale en ouvrant une succursale à Zurich ou à Berne: c’est l’objectif de nombreuses sociétés créées en Suisse romande. Une fois le rêve réalisé, les locaux aménagés, il reste à trouver des employés. À ce stade, l’entreprise a le choix entre engager du personnel sur place ou délocaliser des collaborateurs romands. Souvent, les deux solutions seront envisagées, afin que le nouveau bureau s’implante à la fois dans son marché et dans la culture d’entreprise. Ce scénario vous est familier? Saisir l’opportunité de travailler en Suisse alémanique est un défi enrichissant pour votre vie professionnelle et privée. Mais c’est une démarche importante, durant laquelle il faudra garder ces quelques conseils en tête.

 

1. Négociez

Comme tout changement professionnel, il s’agit de bien négocier votre délocalisation en Suisse alémanique. Si votre employeur vous impose ce poste, vous êtes en mesure de présenter vos conditions. Maja Ammann, spécialiste RH à Zurich et en Suisse romande, conseille: «si l’affectation est temporaire ou qu’il est difficile de trouver tout de suite un nouvel appartement, il est courant que l’entreprise prenne en charge les trajets quotidiens ou un studio sur place pendant une durée d’environ une année. Si l’employé doit se déplacer chaque jour, il peut faire valoir ses trajets comme du temps de travail.» Sans oublier la formation: n’hésitez pas à demander des cours intensifs d’allemand si cela vous semble nécessaire. Mais attention, si la situation n’est pas temporaire, votre patron a le droit de vous demander de rester en poste pour une durée de 2 à 3 ans, en échange des prestations offertes.

 

2. Soyez ouvert

Vous connaissez l’entreprise et votre rôle est d’inculquer sa culture à vos nouveaux collègues suisses alémaniques, ainsi que de développer les partenariats et les affaires de ce côté de la barrière de rösti. Pour ce faire, votre plan d’action est prêt et vous comptez bien l’appliquer. Mais n’oubliez pas que, même si nous partageons plus d’une valeur nationale, la culture est différente dans chaque région linguistique suisse. Apprenez à faire passer les informations, sans imposer vos méthodes. Dans vos relations avec des partenaires commerciaux, observez et adaptez-vous à leur façon de faire. Les échanges professionnels seront plus sereins et enrichissants.

 

3. Faites des efforts d’intégration, en toute sincérité!

Une bonne intégration dans votre nouveau milieu professionnel sera certainement l’un de vos objectifs principaux. Si vous n’êtes pas déjà bilingue, vous chercherez tout de suite à améliorer votre allemand et à apprendre quelques mots de suisse-allemand. Selon Maja Ammann, «le Hochdeutsch est suffisant pour travailler à Zurich. Si les collaborateurs venant d’Allemagne ont du mal à s’intégrer, ce n’est pas le cas des Romands qui ont une bonne image en Suisse alémanique. Les efforts sont très bien vus et il ne faut absolument pas être gêné d’avoir un accent français, jugé charmant.» Vouloir tout savoir, tout de suite, est une erreur à éviter: «ce n’est pas bien vu de tout savoir!», sourit Mme Ammann. Vous éviterez des erreurs de langue – au mieux cocasses, au pire dommageables pour l’entreprise! – en avouant vos faiblesses. Pour les courriers importants en allemand, demandez l’aide d’un collègue ou, plus discrètement, faites appel à une agence de traductions professionnelles, telle qu’Apostroph. Apprendre la langue est un point important, mais ne garantit pas une bonne intégration. Vous trouverez aussi votre place en dehors de votre bureau, dans des groupes de loisirs ou des communautés romandes, très présentes dans les grandes villes alémaniques.

 

4. Pensez à vos proches

En emploi, vous intégrerez rapidement une nouvelle routine. Ce ne sera pas forcément le cas de votre famille, qui vous a suivi dans cette aventure. Les périodes d’adaptation sont parfois difficiles à gérer dans le couple, surtout si les deux conjoints ont des rythmes d’acclimatation différents. Soyez à l’écoute de l’autre et ne vous laissez pas trop accaparer par vos tâches professionnelles. Si vous avez des enfants, impliquez-vous dans leur intégration dans leur nouvelle école. En bref, relevez ce nouveau défi ensemble! Si vous avez fait le pas seul, vous devrez aussi rassurer vos proches restés en Romandie. Pour votre bien-être, il est important de trouver le bon équilibre entre vos retours au bercail et le temps libre passé dans votre nouveau «chez-vous».

 

5. Profitez!

Que ce soit temporaire ou définitif, vous allez vivre une étape qui définira votre avenir professionnel et privé. Profitez-en! Toutes les expériences que vous engrangerez seront autant d’atouts sur votre curriculum vitae. Si vous n’êtes pas bilingue, ce sera l’occasion de le devenir et si vous avez des enfants, vous leur offrirez une chance d’apprentissage qu’ils pourront faire valoir tout au long de leur vie. Au niveau privé, vous pourrez découvrir une nouvelle région de notre petit pays que l’on connaît si mal… Ne cherchez pas à reproduire votre vie d’avant, mais à en construire une nouvelle.